Comment garder sa motivation sur un projet professionnel quand on a d’autres idées ?

Motivation projet professionnel

« Je ne termine jamais ce que je commence »
« Au début, je suis pleine d’entrain et rapidement je me désintéresse de mon projet »
« Je passe souvent d’une idée à une autre sans aller au bout des choses »

Ces phrases vous parlent ?

Je vous comprends puisque je suis comme vous. Cette envie de switcher en permanence d’activité, de projet est mon lot quotidien.

Les multipotentiels qui sont en pleine transition professionnelle, qui viennent de prendre leurs fonctions dans un nouveau poste ou ceux qui ont tout juste créé leur entreprise se posent tous la même question :

« Combien de temps vais-je rester motivé cette fois ? »

Comment faire pour garder la motivation des débuts, passer à l’action et terminer ce que l’on commence ? Comment contrôler sa curiosité insatiable et ne pas disperser son attention pour mener à bien son projet ?

Je préfère vous le dire tout de suite, je n’ai pas trouvé de solution miracle. Et de toute façon, je n’en veux pas. Enlever ce trait de votre personnalité, reviendrait à vous changer. Votre truc à vous c’est d’explorer, d’accoucher de nouvelles idées, de toucher à tout.

Par contre, soyons honnêtes, à moins que vous soyez héritier d’une fortune colossale, il faut bien trouver un job qui vous permet d’avoir un toit sur la tête, de manger à votre faim et de vous soigner.

Si à première vue besoin de sécurité financière et besoin de variété/de nouveauté paraissent incompatibles, vous verrez que non. Mais ça, je vous en parlerai dans un prochain article.

Aujourd’hui, il est question de motivation.

pour garder votre motivation, vous devez commencer par trouver votre motivation.

Oui, vous avez bien lu.

Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Pour moi, la « motivation » est un mot à deux sens :


– La motivation au sens d’avancement, de progression, de productivité. Ici on s’interroge sur le comment rester concentrer et productif ?
– La motivation au sens de conviction, de contribution et d’intérêt profond. Ici, on se demande pourquoi j’ai envie de travailler ? Qu’est-ce qui me motive profondément ?

Comprendre ces deux sens est un prérequis pour mener à bien vos projets. Je vous explique.

La motivation profonde : pourquoi « ce » projet ?

Combien de fois vous êtes-vous dit que cette fois c’était la bonne ? Que vous aviez trouvé ce que vous vouliez faire ?

Quand vous avez une nouvelle idée, il se passe quelque chose d’étrange. Les émotions et sensations physiques sont décuplées. D’un coup, vous sentez l’excitation envahir votre corps, votre cœur palpite.

C’est comme si vous étiez habité par une folle passion qui vous donne l’impression voire la conviction de pouvoir soulever des montagnes pour atteindre votre objectif !

Avec une telle explosion d’émotions et de sensations, on peut dire que la motivation est bien là. Mais pour combien de temps ? 3 mois ? 1 an ? 1 semaine ?

Quand cet excès de motivation se répète à chaque nouvelle idée, vous finissez par perdre confiance en votre propre jugement.

Alors, pouvez-vous (vraiment) vous faire confiance ?

Pour le savoir, il faut distinguer la passion impulsive qui est brève de la motivation sincère et profonde. Alors que la passion impulsive est éphémère, la motivation profonde, elle, dure dans le temps.

À travers mes observations et échanges, j’ai constaté une chose : chez les profils touche-à-tout et curieux, c’est la nouveauté, la créativité et l’imagination qui les passionnent bien plus que le sujet. Dit autrement, c’est le processus qui passionne plus que le résultat.

Mais pour qu’un projet professionnel se transforme en un véritable résultat (un job viable et rentable), il faut une motivation profonde. Je parle de ce truc qui fait sens pour vous. Ce à quoi vous avez envie de contribuer quel que soit le salaire que vous toucherez.

La motivation profonde ne peut donc pas être exclusivement financière. Elle doit être personnelle et liée à vos convictions les plus profondes.

Quand vous avez une idée de projet professionnel, la question à vous poser est donc : qu’est-ce qui me motive dans cette idée ? Est-ce ma curiosité ? Quelque chose de plus profond ?

Pour trouver la réponse et si vous en avez la possibilité, le moyen le plus efficace est de tester votre idée. Si par exemple vous avez envie de devenir rédacteur web, créez un blog, écrivez des articles pendant quelques mois. Vous verrez bien s’il s’agit d’une envie éphémère ou d’une idée qui mérite de se transformer en projet professionnel sérieux.

La motivation comme antidote à la procrastination et à la dispersion

Imaginons que vous êtes fixé sur un projet professionnel à développer (ou deux, soyons fous !). Vous êtes au clair sur le pourquoi vous vous lancez dans cette aventure.

Comment maintenant rester concentré et motivé sur votre projet ? Comment éviter de s’éparpiller, de se disperser et de procrastiner ?

Tout d’abord, en cessant d’être bercé d’illusions. On s’entend souvent dire « j’aimerais avoir sa motivation ! » ou « cette femme est toujours motivée et productive ».

La différence entre ceux qui avancent vers leur objectif et ceux qui stagnent n’a rien à voir avec la motivation. Personne ne peut avoir une motivation constante à toute épreuve. 

La motivation est fluctuante, impermanente en fonction de paramètres internes et externes.

La différence entre ces deux catégories de personnes se situe au niveau du mental. Ceux qui poursuivent leur projet sont persévérants et mettent en place des habitudes pour ne pas se laisser happer par la petite voix intérieure qui répète en boucle que « ça ne va pas fonctionner », et que « je n’y arriverai pas ». Le négatif appelle le négatif, c’est bien connu !

Rester concentré et motivé sur votre projet demande une discipline en entraînant votre mental à développer des pensées positives. Les neurosciences ont démontré la plasticité du cerveau, ce qui veut dire que n’importe qui peut changer. 

Oui, même vous

Lorsque vous vous dites « je suis comme ça, un point c’est tout », souvenez-vous donc que c’est faux !

Vous pouvez changer votre état d’esprit. 

Et ça commence par identifier ce qui est source de démotivation. Mettez-vous dans la peau d’un docteur pour poser le bon diagnostic sur la source (ou les sources) de votre démotivation. La plupart du temps on retrouve :
– Le désintérêt pour la tâche
– Les peurs et croyances limitantes
– Les influences extérieures : les remarques des proches, l’influence de la société et des réseaux sociaux qui véhiculent une image photogénique comme « vous pouvez tout avoir et tout de suite »
– Ne pas être au clair sur sa motivation profonde.

En fonction de la cause de votre démotivation, tout l’enjeu est de trouver et de tester des solutions.

« Solutions ? »

Vous vous attendez sûrement à ce que je vous fasse une liste de bullet points avec des techniques efficaces qui vont vous transformer en machine de productivité. 

Mais, je ne le ferai pas. 

Si vous faites une recherche sur le web, vous trouverez pléthore de solutions.

Mais, surtout ne le faites pas !

On a trop l’habitude de se jeter sur Google comme s’il était le génie de la lampe d’Aladdin ! La meilleure chose à faire est de vous poser au calme et de laisser votre créativité faire le boulot pour trouver des solutions.

Vous serez surpris de constater que nous –êtres humains – sommes bourrés de ressources sur lesquelles s’appuyer pour résoudre nos problèmes 😉 Alors, testez plutôt la bonne vieille technique du papier stylo et laissez faire votre cerveau.

Maintenant que les bases sont posées, est-ce que ça veut dire que vous devez jeter à la poubelle vos autres idées ?

Rester motivé sur un projet ne veut pas dire abandonner vos autres idées

Tout est une question de dosage, de temps et d’énergie.

Par exemple, si vous êtes sur le point de lancer votre business, le lancement va prendre beaucoup de temps et d’énergie (travailler votre visibilité, votre produit ou votre service, etc.).

Vous aurez moins de temps pour explorer à votre guise vos autres idées ou projets. Mais « moins » ne veut pas dire « plus du tout » !

Vous n’allez pas passer vos journées et soirées à bûcher sur votre business. Avec un peu d’organisation, vous pouvez très bien bloquer un créneau dans votre semaine pour votre curiosité.

De plus, ce laps de temps peut être un moyen de nourrir votre imagination et votre créativité. Et ce moment pourrait peut-être bien vous être utile dans votre nouveau projet.

Lorsque votre nouvelle activité se stabilisera et que vous aurez pris vos marques, vous aurez alors plus de temps pour développer vos autres idées. La clé est d’être patient.

Enfin, petit point de vigilance pour les plus gourmands : maîtrisez votre gourmandise pour ne pas être submergé de projets au risque d’y laisser votre santé et/ou vos autres domaines de vie.

Cet article vous a plu ?

Retrouvez-moi tous les dimanches dans la newsletter de Move On Up:

J’analyse un sujet précis pour vous aider dans votre envie de reconversion et pour comprendre votre personnalité multipotentielle + je vous partage les coulisses de mon livre sur les multipotentiels à paraître chez les éditions Eyrolles en février prochain + une pépite venue d’ailleurs (parce qu’on ne s’arrête jamais d’être curieux).

Pour vous inscrire, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus d'articles

Chevron Back To Top
quis, porta. tempus Aenean vulputate, commodo

Qu'est-ce que la multipotentialité ?

Avant toute chose, voyez le qualificatif “multipotentiel” comme un outil de compréhension et non comme un outil d’identité. Ensuite, dans la définition qui va suivre, les multipotentiels ne sont pas des surdoués.

Dans le cadre professionnel, la multipotentialité désigne les personnes qui, en raison de leur curiosité développée, ont de nombreux centres d’intérêt parfois très éloignés les uns des autres. Leur envie de découvrir et de toucher-à-tout les amène à avoir un champ de compétences variées sans avoir une spécialisation qui sort du lot.

 

Les multipotentiels n’ont pas de passion fidèle pour un domaine et n’ont donc pas de vocation dans le sens de “métier-passion”. Choisir une orientation scolaire était difficile parce que beaucoup de choses les intéressent. Ils se sentent parfois perdus parce que la norme avec laquelle nous avons grandi nous a incité à choisir une voie et à faire carrière dans celle-ci. Mais ils ne sont pas perdus ! Dans leur for intérieur, ils ne sont tout simplement pas calibrés pour faire le même métier toute leur vie. Même si un job peut leur apporter confort et plaisir, ils voient leur vie professionnelle comme l’opportunité d’explorer et de toucher à différents domaines et professions.

 

La difficulté qu’ils rencontrent est qu’ils n’assument pas leur envie de toucher-à-tout et ont l’impression de ne rentrer dans aucune case. Ils n’arrivent pas à trouver leur place. Pourtant, ils ont leur place dans le monde du travail d’aujourd’hui et de demain ! Et mon but est de vous aider à la trouver.

Notre quotidien est plus que jamais incertain. Le monde du travail évolue à grande vitesse. Nous sommes en train de voir émerger un nouveau monde du travail où les postes sont de plus en plus transversaux, où l’entrepreneuriat explose, où des métiers disparaissent et d’autres se créent et où les enjeux sociétaux et des entreprises demandent d’être innovants.

 

Les entreprises et la société ont plus que jamais besoin de vous ! Vous pouvez trouver un poste adapté à votre nature touche-à-tout. Vous pouvez créer votre job en montant votre business. Et surtout, déculpabilisez d’avoir un parcours atypique. Vous n’êtes pas obligé de choisir un job et d’y rester pour les 20 prochaines années.
Pour en savoir plus sur Move on up cliquez ici.